Jules Verne
Collège
Le Pontet
 

Notre matinée à l’Isle sur Sorgue

Le vendredi 20 mars 2015

dimanche 14 juin 2015, par Mme COURTIN

L’irrigation sous pression
« (...) L’irrigation sous pression est différente de l’irrigation gravitaire. C’est un système qui marche à l’énergie électrique. L’eau est pompée avec force dans le bassin de rétention. Elle arrive dans la station de pompage pour se retrouver dans les canalisations souterraines. Grâce à ses tuyaux, l’eau est amenée dans la borne d’irrigation des différents agriculteurs puis, quand ils en besoin, ils tournent le volant pour diriger l’eau vers les cultures. »

Mahé, Inès, léa, Eléonore

L’arrosage des cultures
« (...) Pour arroser les cultures, il y a deux façons :
la première façon est l’arrosage au goutte à goutte. Cette technique ne gaspille pas l’eau, on l’utilise pour de petites surfaces, cela arrose à la racine. On ne s’en sert pas l’hiver. Si on veut arroser un arbre entier, nous mettrons plus longtemps qu’avec un asperseur.

La deuxième façon est d’utiliser les asperseurs. Eux, au contraire, utilisent plus d’eau. On s’en sert pour de grandes surfaces. On arrose tous les arbres au niveau du feuillage. On utilise ce système d’arrosage en hiver pour faire une couche de gelée sur le bourgeon ( ce qui protégera la fleur des grands froids). »

Asmaa, Yacine, Shama, Mehdi F.

La station de pompage et le rôle des gardes
"(...) L’eau de la station de pompage provient du bassin de rétention. Il ne faut pas se baigner dans le bassin car on peut être aspirés ! En plus, il fait trois mètres de profondeur ! Cette eau va arriver dans la station de pompage qui est très puissante puis dans les canalisations pour l’arrosage des champs. Les gardes surveillent la consommation en eau des agriculteurs. Dans le temps, avec l’ancien système d’irrigation gravitaire utilisant des vannes, les agriculteurs oubliaient ou faisaient exprès de ne pas refermer l’eau dans leurs champs pour en avoir plus que les autres. Les agriculteurs appelaient les gardes pour dire qu’il n’y avait plus d’eau et les gardes pouvaient mettre une amende aux "tricheurs" ! Avec le nouveau système, ce sont les agriculteurs qui vont ouvrir une sorte de robinet où il y a un compteur : on peut ainsi calculer le nombre de litres qu’ils ont utilisés et combien ils vont payer."

Emma, Manal, Mélyssa, Yosra


Les cultures et le rôle des gardiens

"(...) Les gardiens ont un planning pour relever la consommation d’eau des agriculteurs, ils le font à tour de rôle. Si les agriculteurs oublient de fermer la vanne martellière, ils risquent une amende.
Les cultures maraîchères et fruitières ont besoin de beaucoup d’eau. Les cultures produites dans le Vaucluse qui ont le plus besoin d’eau sont les fraises et les vignes. Maintenant, il y a des systèmes d’arrosage qui prennent moins de temps pour arroser que la martellière : ils utilisent des canalisations enterrées, des bornes d’irrigation, ainsi que le système de goutte à goutte."

Elisa, Maxime, Kimberly, Luna

L’eau des canaux et les gardes
"(...) L’eau part du canal mixte. On ouvre une vanne qui permet à l’eau de se rendre dans le canal de Carpentras, puis dans le canal Saint Julien et enfin dans le canal de l’Isle. Ensuite, l’eau est dirigée dans le canal de Cadeneuf. Une partie est détournée pour finir dans le canal de rétention. Les gardes sont les chefs des canaux, ils ont un habit tout bleu et un chapeau bleu. Avant, ils ouvraient les martellières pour remplir les filioles à une une heure précise et revenaient fermer à une heure précise. Maintenant, ils n’ont plus besoin d’ouvrir les martellières et de les refermer. Ils ont juste à allumer l’électricité et vérifier les consommations des agriculteurs grâce aux compteurs."

Mehdi, Dituar, Mohamed, Fares

 
Collège Jules Verne – Domaine de Fargues - 84130 Le Pontet – Responsable de publication : Mme Durrieu
Dernière mise à jour : vendredi 15 novembre 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille