Jules Verne
Collège
Le Pontet
 

Certaines conduites des adolescents correspondent-elles à leur liberté ou à des dangers ?

jeudi 20 décembre 2018, par Mme BONNET

Certaines conduites des adolescents correspondent-elles à leur liberté ou à des dangers ?

Les conduites des adolescents correspondent à leur liberté et à des dangers car nous sommes tous égaux et libres en droit (droit à la sécurité et droit de vie privée). Nous sommes libres de faire ce que nous voulons mais en respectant les libertés d’autrui et notre dignité.

Nous, les adolescents, sommes également influençables et faibles, vulnérables . C’est pour cela qu’il y a des lois qui nous défendent.

Anissa et Selma

Certaines conduites des adolescents correspondent-elles à leur liberté ou à des dangers ?

Elles correspondent à une liberté car :

- La liberté reconnue est que « les Hommes naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » DUDH
- Nous avons le droit de faire ce qu’on veut tant que cela ne nuit pas à autrui.
- La plupart des gens consomment des stupéfiants ou des produits illicites pour être à la « mode », pour essayer, ou même pour se sentir « mieux ».

Elles correspondent à un danger car :

- Vendre des stupéfiants ou des produits illicites est illégal.
- Consommer des stupéfiants ou des produits illicites peut-être dangereux pour la santé.
- La loi interdit la consommation de ces produit-là, cela est un délit.
- Être dépendant de drogue ou même d’alcool est un considéré comme un danger.
- La drogue consommée en grande quantité et sur une longue durée peut vous mener au décès.
- La drogue détruit la créativité.

Mélyna

Certaines conduites des adolescents correspondent elles à leur liberté ?

Les adolescents sont libres comme le dit l’article 1er de la DDHC « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit… » et ils sont aussi très protégés par la loi. Selon l’article 3 de le DUDH « tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ».
La conduite de certains adolescents peut-être très dangereuse. Les mineurs sont considérés comme responsables à partir de 13 ans, cependant les parents sont aussi responsables car ils doivent assurer le développement, leur santé, qu’elle soit mentale ou physique. Les mineurs sont très vulnérables en raison de leurs cerveaux en cours de développement et de leur inconscience. Une personne consommant des substances illicites peut-être conduite à faire des choix irresponsables, qui de plus peuvent lui faire perdre sa dignité.
La loi punit tous les délits et les peines sont doublées, si un trafiquant vend ou donne un produit stupéfiant à un mineur, sa peine sera encore plus aggravée si le mineur à moins de 15 ans. La peine peut-être également doublée, si le trafic a lieu dans ou à proximité d’un établissement scolaire. Il est aussi interdit de faire la publicité des produits illicites, en les valorisant grâce à des images ou des informations. Conduire après usage de produits illicites est également interdit et puni par la loi.

Imad et Ibtissem

Certaines actions des mineurs correspondent-elles à leur liberté où à une mise en danger ?

La DDHC (1789) et la DUDH (1948) affirment que les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits et en dignité, que la liberté est de faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Alors nous pouvons nous demander si certaines actions des adolescents correspondent-elles à leur liberté et à une mise en danger.
Leur propre liberté : La Convention International des droits de l’enfant (1989) s’engage à construire un monde digne des enfants. Pour la première fois de l’Histoire, un texte international reconnaît les mineurs comme des êtres à part entière, porteurs de droit sociaux, économiques, civils, culturels et politiques. Ce texte dit que les enfants ont le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité, d’être soigné, avoir une alimentation suffisante et équilibré, ils ont la liberté de jouer et d’avoir des loisirs, la liberté d’information, d’expression et de participation… Les 4 principes fondamentaux sont : la non discrimination, l’intérêt supérieur de l’enfant et le respect des opinions de l’enfant. Donc, nous pourrions penser que certaines actions des mineurs peuvent correspondre à leur liberté.

Une mise en danger : Les enfants sont plus vulnérables que les adultes, ils sont fragiles et influençables , leur cerveau est à leur âge encore en développement. C’est pour ces raisons que la loi protège les mineurs en aggravant les peines :
5 ans de prison et 100 000€ d’amende pour avoir incité un mineur à faire usage de produits psychotiques illicites (cannabis, héroïne, l’extasy…)
7 ans de prison et 150 000€ d’amende si le mineur a moins de 15 ans ou si cela s’est passé à proximité d’un établissement scolaire ou à l’intérieur.
Dans un trafic de drogue les mineurs commencent souvent par devenir guetteur donc être complice de ce trafic. Il faut savoir que vendre ou donner une substance illicite à une personne est considéré par la loi comme du trafic. Encore plus grave, le trafic de drogue est considéré comme un crime et est jugé en cour d’assises. Les mineurs peuvent être amenés à fumer, boire de l’alcool ou prendre de la drogue pour appartenir à un groupe et ainsi ne pas se sentir exclus. Dans tous les cas, les parents sont responsables de leurs enfants car ils doivent assurer leur bien-être physique et mental, les éduquer et assurer leur développement. C’est l’autorité parental. Donc certaines actions des mineurs peuvent être une réelle mise en danger.

Dounia

Les adolescents sont libres :

- « Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. » Article 1 de la DDHC.
- « La loi limite les libertés afin que les Hommes ne soient pas touchés. » Article 4 de la DDHC
- « Tout individu a droit à avoir une vie privée dans sa famille ou domicile. » Article 12 DUDH
- Ils peuvent consommer des produits mais la loi veut dire qu’il ne faut pas en abuser.

Mais ils sont aussi en danger car :

- La loi met des limites car tout cela est dangereux pour la santé.
- C’est aussi dangereux pour son cerveau.
- Si le trafiquant se fait atrapper entrain de vendre ou de donner un produit stupéfiant, il risque une lourde amende ou même la prison.
- Pire si il vend un produit illicite à un mineur de moins de 15 ans à proximité ou à l’intérieur d’un établissement scolaire, lors de son jugement sa peine sera aggravée même doublée.

Halime

 
Collège Jules Verne – Domaine de Fargues - 84130 Le Pontet – Responsable de publication : Mme Durrieu
Dernière mise à jour : mardi 22 janvier 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille