Jules Verne
Collège
Le Pontet
 

Projet « Musée et écriture », classe de 6°3

mardi 10 décembre 2019, par DENISE VISENTIN AINA

Que s’est-il passé ?

{{}}

Quelle scène surprenante … et inquiétante ! Essayons d’imaginer ce qu’il s’est passé en ce lieu juste avant que nous y pénétrions.

Carlos Amorales, Everything louder than everything else, 2003

Voici un hommage à la partie de l’Amazonie qui a brûlé. La couleur rouge représente le sang des arbres qui ont péri dans l’incendie.

Des bûcherons détruisent une forêt pour construire une ville avec des bâtiments, des commerces... Mais, pour sauver la forêt, les oiseaux empêchent les bûcherons de couper les arbres. Hélas ! Certains sont morts à coups de hache.

Les oiseaux noirs sont en danger. Des chasseurs sont venus les tuer. Tant de sang a coulé ! Apeurés, les oiseaux voudraient s’enfuir à la vue des cadavres de leurs frères mais ils ne peuvent pas s’échapper de cet espace blanc.

Des bûcherons ont abattu des arbres sans faire attention aux animaux qui les peuplaient. Quand tous les arbres ont été coupés, il y avait beaucoup de sang d’animaux écrasés. Les corbeaux sont arrivés pour manger les restes d’animaux.

Triste vision : des oiseaux volent, il y a du sang par terre. C’est la guerre. Les soldats meurent et les oiseaux se régalent.

Les arbres sont tombés, c’est « la fin des forêts ». En tombant, ils ont écrasé des personnes et des animaux. Le sang coule sur les morts. Des corbeaux tournent autour de leurs proies et les mangent.

Les oiseaux volent car ils n’ont plus d’habitation : il n’y a plus d’arbres, plus de feuilles. Bel hommage aux poumons de la Terre, c’est-à-dire à la forêt, qui est en train de mourir et aux oiseaux qui n’ont plus d’endroit pour vivre.

Les hommes ont mis le feu à la forêt pour faire un champ puis le cultiver pour nourrir leurs animaux et leur famille. En voyant cet incendie, les corbeaux ont pris peur car ils ne voulaient pas eux aussi finir en cendres.

Il y avait des animaux qui vivaient dans les arbres et les bûcherons ont abattu la forêt. Privés de leur habitat, les animaux sont morts. Les corbeaux ont été attirés par les cadavres couverts de sang rouge.

Si on retourne les taches rouges, on voit des arbres avec de très petits troncs et des feuilles immenses. C’est comme si les oiseaux avaient tué des bûcherons destructeurs de forêts puis avaient utilisé leur sang pour dessiner des arbres.

On dirait qu’il y a eu une grande chasse dans la forêt. Tous les animaux, tous les arbres, toutes les plantes ont été tués. Les corbeaux, eux, ont survécu car ils étaient dans les airs.

Des bûcherons ont coupé les arbres et les animaux qui vivaient dans la forêt sont morts. Les oiseaux, des corbeaux ou des vautours, mangent les cadavres. Leur sang se répand partout.

Avant, il y avait ici une forêt paisible avec ses animaux qui la peuplaient. Un jour, elle a été envahie par les humains et la pollution. La forêt n’a malheureusement pas survécu. Il y a maintenant du sang qui dégouline et qui forme le contour des arbres disparus. Les corbeaux volent toujours, attirés par le sang, le sang des arbres abattus ou celui des animaux qui vivaient autrefois dans les arbres.

Les arbres sont morts à cause de la déforestation. Tout a brûlé à cause de la guerre. Les pauvres oiseaux ne savent plus où s’abriter pour faire leur nid. Ils ne savent plus où mettre leurs oisillons.

Les oiseaux picorent les cadavres des animaux morts, blessés, coupés dans la forêt brûlée ou détruite. C’est « la fin des forêts », la fin de la vie aussi.

Les oiseaux volent en hauteur car ils ont vu du sang par terre. Ce sang est celui des arbres qui sont morts ; les hommes les coupent pour construire des objets du quotidien. Alors, les oiseaux sont tristes et tournent en rond.

C’est l’histoire d’un corbeau perché sur un arbre et d’un loup qui l’attend en bas de l’arbre. Le corbeau montre ses talents de danseur mais il glisse et tombe de l’arbre. Le loup l’attrape et le mange. Depuis, il y a du sang partout et les autres corbeaux cherchent leur ami.

Le rouge représente le feu. Les arbres ont été brûlés alors les oiseaux se regroupent pour éteindre le feu.

Un arbre a été coupé par un bûcheron qui voulait en faire du papier. Mais lorsque l’arbre a été tué, les autres arbres ont senti la douleur de leur frère alors ils se sont révoltés et ont lutté contre les bûcherons. Les hommes furent moins puissants et moururent dans un bain de sang.

Après le déforestation, les animaux ne savaient plus où aller. Pour venger les arbres, ils ont attaqué les bûcherons et le sang a coulé abondamment. Les corbeaux ont nettoyé les cadavres et les oiseaux ont planté des graines pour faire repousser de nouveaux arbres grands et forts pour une prochaine génération.

 
Collège Jules Verne – Domaine de Fargues - 84130 Le Pontet – Responsable de publication : Mme Troussier
Dernière mise à jour : lundi 12 juillet 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille